Voyage de l'Association TGV SUD Territoires-Environnement le 3 octobre 2009 à Séverac-le-Château

Publié le par TGVSUD TERRITOIRES ENVIRONNEMENT

 


Soleil, convivialité, découvertes et réflexions
, voilà quelques mots qui pourraient résumer la sortie organisée le 3 octobre 2009 par l'Association TGV SUD Territoires-Environnement, sortie effectuée en train de Béziers à Séverac-le-Château.
L'objectif de cette journée : découvrir la ligne ferroviaire communément appelée ligne des Causses ou ligne de l'Aubrac, qui fait partie du réseau secondaire auquel l'Association accorde de l'importance et toute son attention.
Après l'accueil des 25 participants par notre Président Gabriel Caubet, c'est Jean-Claude Galan (vice-Président) qui prit la parole pour présenter la ligne et le territoire traversé; il connait bien ce parcours pour l'avoir effectué de nombreuses fois. Il a donc agrémenté le voyage de ses commentaires - aussi bien l'aspect technique que géographique et environnemental - et de nombreuses anecdotes, le tout très apprécié des participants.
En voici quelques extraits pour rappeler ce qu'est la ligne Béziers-Neussargues, l'une des plus intéressantes et des plus difficiles parmi les lignes de montagnes françaises, son intérêt mais aussi ses limites et ses contraintes.
Il s'agit d'une voie unique de 277 km, construite par la Compagnie du Midi de 1872 à 1888, électrifiée en 1500 V de 1929 à 1932 au moyen d'une caténaire de type Midi. Elle comporte de fortes pentes, au total 60 km entre 2,5 et 3,3%, de nombreux ouvrages d'art (40 tunnels totalisant 17 km, 37 ponts-rails, 6 viaducs dont le viaduc de Garabit de Gustave Effeil et 87 passages à niveau.
A cause des pentes et des courbes à faible rayon, la vitesse des trains ne dépasse pas 75 ou 85 km/h selon les sections. Certaines parties sont vétustes avec des équipements obsolètes, par manque d'investissement réguliers pour maintenir à niveau cette infrastructure.
En raison de l'état de le ligne, de la faible densité de population du secteur géographique traversé, de l'éloignement de certaines gares par rapport aux villages et bourgs, de la réalisation de l'A75, et de l'inadéquation de certains horaires, le trafic périclite et l'on peut craindre pour l'avenir de cette ligne.
Pourtant, elle constitue une alternative à la route non négligeable qu'il nous parait important de préserver et traverse une succession remarquable de paysages et de climats d'une "France profonde" trop méconnue. Nous avons pu évoquer tout cela au cours du repas campagnard apprécié pris dans un restaurant proche de la gare de Séverac-le-Château, suivi de la visite, à ne pas manquer, du village ancien et du château.
De nombreux échanges ont agrémenté le voyage de retour sur cette ligne attachante, clôturant une journée agréable et instructive, qui aura des prolongements dans l'activité de l'Association.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article